Questions réelles sur l'hyperplasie endométriale: symptômes, traitement, pronostic, possibilité de grossesse

Hyperplasie de l'endomètre - croissance excessive de la couche tapissant l'utérus de l'intérieur. Cette couche subit des changements cycliques constants associés au cycle menstruel d'une femme..

L'endomètre est composé de vaisseaux, de tissu conjonctif et de 2 couches de l'épithélium (basal basal et fonctionnel supérieur). C'est la couche fonctionnelle qui est activement impliquée dans les menstruations.

Quelle est la fréquence de l'hyperplasie de l'endomètre?

L'hyperplasie endométriale est une pathologie assez courante qui survient chez 5% des patientes gynécologiques. Ce diagnostic des dernières années a été posé de plus en plus souvent pour diverses raisons. L'espérance de vie des femmes a augmenté, le nombre de patients atteints du syndrome métabolique et d'autres pathologies a augmenté, la situation environnementale s'est aggravée. Tout cela affecte la santé reproductive de la population. Le plus souvent, l'hyperplasie survient chez les adolescentes ou les femmes pendant la période préménopausique, c'est-à-dire lorsque des changements hormonaux se produisent dans le corps.

Comment l'hyperplasie est-elle associée au cycle menstruel??

Le cycle menstruel normal se compose de 3 phases:

  • augmentation de l'épaisseur de la couche fonctionnelle de l'endomètre - prolifération
  • maturation de l'endomètre - sécrétion
  • rejet de la couche fonctionnelle entraînant des saignements - desquamation

La première phase commence le premier jour de la menstruation. Environ au milieu du cycle, l'ovulation se produit - le processus de l'ovule quittant l'ovaire, pendant cette période, une femme peut prêter attention à l'apparence d'étirement des sécrétions transparentes muqueuses. Si à ce moment la fécondation ne se produit pas, alors sous l'influence des hormones, la couche fonctionnelle avec l'ovule est rejetée - les menstruations commencent, une décharge sanglante se produit. Tous les processus du cycle menstruel sont contrôlés par les hormones sexuelles:

De plus, pendant la prolifération, une mort cellulaire planifiée se produit - l'apoptose, qui empêche l'endomètre de se développer plus que nécessaire. Cela ne se produit que si la femme a ovulé, c'est-à-dire lorsque le rapport d'hormones lui permet de venir. S'il n'y a pas eu d'ovulation (cycle anovulatoire), il y a un effet prolongé des œstrogènes sur l'endomètre et il s'épaissit - en conséquence, une hyperplasie endométriale se forme.

Pourquoi surgit-elle?

Le facteur déclenchant du développement de l'hyperplasie endométriale est une augmentation absolue ou relative de la teneur en œstrogènes dans le sang - l'hyperestrogénie, qui se produit pour diverses raisons:

  • changements liés à l'âge dans la régulation centrale des hormones sexuelles - un changement dans la quantité d'oestrogène avant la ménopause
  • déséquilibre hormonal - un excès d'oestrogène dans une carence en progestérone
  • tumeurs ovariennes productrices d'hormones, syndrome des ovaires polykystiques
  • dysfonctionnement du cortex surrénal
  • mauvaise utilisation des médicaments hormonaux
  • avortements fréquents (complications), curetage diagnostique
  • prédisposition héréditaire
  • inflammation génitale féminine
  • maladies concomitantes - hypertension, maladie du sein, obésité, diabète sucré, maladie thyroïdienne.

Quels types d'hyperplasie existent?

Par le type de structure, l'échelle de distribution et la présence de cellules anormales, tous les processus hyperplasiques de l'endomètre sont divisés en groupes:

  • Hyperplasie de l'endomètre kystique glandulaire
  • Polypes de l'endomètre (forme focale de l'hyperplasie)
    • Glandulaire
    • Kystique glandulaire
    • Fibres glandulaires
    • Adénomateux
  • Hyperplasie endométriale atypique (adénomatose)

Les formes glandulaires d'hyperplasie sont caractérisées par un grand nombre de glandes, formant parfois des kystes. La structure cellulaire dans un tel foyer n'est pas cassée. Les symptômes de l'hyperplasie endométriale glandulaire et des formes kystiques sont exactement les mêmes. Avec une forme atypique d'hyperplasie (adénomatose et polype adénomateux), des changements dans la structure des cellules se produisent, qui commencent à se diviser à grande vitesse, ce qui entraîne une croissance très rapide du nombre de glandes..

L'hyperplasie peut-elle se transformer en cancer?

Les processus hyperplasiques devraient toujours provoquer une vigilance face au cancer, mais ils ne sont malins que dans quelques cas. Il existe certaines conditions dans lesquelles l'hyperplasie est considérée comme une affection précancéreuse:

  • hyperplasie atypique à tout âge. Selon les statistiques, dans 40 pour cent des cas sans traitement, une telle hyperplasie est maligne, un cancer de l'endomètre se produit.
  • hyperplasie glandulaire souvent récurrente chez les femmes ménopausées
  • hyperplasie glandulaire avec altération de la fonction hypothalamique à tout âge, ainsi qu'avec syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique est une condition particulière de l'organisme dans laquelle la capacité du système immunitaire à infecter les cellules cancéreuses est fortement réduite et la tendance à l'hyperplasie est grande. Elle se caractérise par une infertilité anovulatoire, le diabète, l'obésité.

Quels sont les symptômes de l'hyperplasie endométriale?

Saignement utérin

Le symptôme le plus visible et le plus fréquent de l'hyperplasie endométriale est le saignement utérin..

  • Plus de la moitié des patientes notent un retard des règles pendant 1 à 3 mois, qui est remplacé par des taches prolongées d'intensité variable.
  • Dans de rares cas, les saignements peuvent être cycliques, c'est-à-dire se manifester sous la forme de menstruations abondantes et prolongées, de périodes douloureuses (causes)
  • Le plus souvent, les patients notent un cycle menstruel instable au fil du temps, contre lequel des saignements se produisent.
  • Dans 5 pour cent des cas, les saignements se produisent dans le contexte d'une absence absolue de menstruation.
Syndrome métabolique

Un compagnon important de l'hyperplasie endométriale est le syndrome métabolique. Dans de tels cas, les symptômes de saignement sont joints:

  • obésité
  • hyperinsulinémie
  • complexe de symptômes des traits masculins - l'apparition d'une pilosité corporelle accrue, un changement du timbre de la voix et d'autres signes de l'action des hormones mâles
Autres symptômes courants

Souvent, les femmes atteintes d'hyperplasie appellent d'autres compagnons de la maladie:

  • infertilité secondaire - absence de grossesse après un an de vie sexuelle régulière sans protection
  • fausse couche - fausses couches précoces
  • maladies inflammatoires chroniques des organes génitaux
  • mastopathie et fibromes
Autres symptômes plus rares
  • contact spotting pendant les rapports sexuels ou les procédures d'hygiène
  • crampes dans le bas de l'abdomen (le plus souvent avec des polypes)

Quelles recherches sont nécessaires pour le déterminer?

  • Anamnèse. Il est nécessaire de parler en détail au médecin des particularités du cycle menstruel: à partir de quel âge les menstruations ont commencé, combien de temps et combien de temps elles durent, s'il y a eu des irrégularités et des retards. Une anamnèse permettra à un spécialiste de déterminer tous les symptômes de l'hyperplasie utérine de l'endomètre.
  • Échographie transvaginale dans la première phase du cycle (pendant 5-7 jours). Lors de l'examen, l'épaisseur de l'endomètre, son homogénéité et sa structure sont déterminées. L'hyperplasie peut être suspectée avec une épaisseur de plus de 7 mm. Si l'endomètre est plus épais que 20 mm, le médecin peut suggérer un processus malin. Si le saignement se prolonge, une échographie est effectuée quel que soit le jour du cycle menstruel.
  • L'hystéroscopie et le curetage diagnostique séparé (nettoyage) - jouent en même temps le rôle de la recherche et du traitement. Lisez à propos de l'état après hystéroscopie.
  • Une étude du niveau d'hormones dans le sang avec un syndrome métabolique suspecté et un syndrome des ovaires polykystiques. Détermine généralement le niveau de FSH, LH, estradiol, testostérone, progestérone. Les taux d'hormones surrénales et thyroïdiennes sont également possibles..
  • Mammographie - souvent le médecin prescrit une radiographie des glandes mammaires pour exclure les processus prolifératifs.

Avec l'hyperplasie endométriale, le contenu informationnel d'une échographie avec capteur vaginal est estimé à 68% et l'hystéroscopie à 94%.

Traitement de l'hyperplasie endométriale

La thérapie des processus hyperplasiques dépend de l'âge de la femme, des caractéristiques de l'endomètre et des maladies concomitantes. Avec l'hyperplasie de l'endomètre, le traitement peut être effectué de plusieurs façons.

Il s'agit notamment des médicaments œstrogènes-progestatifs, des progestatifs purs, des agonistes et des antagonistes de l'hormone de libération des gonadotrophines et des dérivés des androgènes. Ces médicaments ne sont prescrits que par un médecin, individuellement et strictement selon les indications. Le médecin prend en compte toutes les contre-indications possibles pour la prise de médicaments hormonaux: rhumatismes, thrombophlébite, hypertension, diabète sucré, maladies des voies biliaires et hépatiques, le tabagisme et l'alcool augmentent le risque d'effets secondaires. Avant le traitement et pendant le traitement, une étude et une surveillance de l'état du système immunitaire, des tests vasculaires, des glandes endocrines, du foie et du sang doivent être effectuées..

  • Chirurgie mineure ou conservatrice

Enlèvement de l'endomètre (couches fonctionnelles et basales) avec un résectoscope. La méthode controversée, car elle provoque des rechutes fréquentes de la maladie et est contre-indiquée en cas d'atypie suspectée.

Il s'agit de l'ablation de l'utérus avec ou sans ovaires. Indications pour la chirurgie:

  • traitement conservateur inefficace des formes précancéreuses d'hyperplasie
  • cas répétés d'hyperplasie précancéreuse
  • contre-indications du traitement hormonal
  • hyperplasie atypique chez les femmes péri et ménopausées
Traitement de stade I - curetage

La première étape est le traitement et le curetage diagnostique de la muqueuse utérine sous le contrôle d'un hystéroscope (nettoyage) et l'étude du matériel obtenu dans les laboratoires cytologiques.

Curetage - élimination de la couche fonctionnelle de l'endomètre ainsi que des formations pathologiques qui y sont présentes. L'étude est réalisée sous anesthésie, la visualisation du contenu de la cavité utérine est réalisée à l'aide d'un appareil spécial - un hystéroscope. Il s'agit d'un système optique équipé d'une source de lumière, ayant un canal pour introduire des instruments chirurgicaux dans l'utérus. Grâce à l'hystéroscope, la procédure de curetage est sûre et efficace..

Le nettoyage lui-même est effectué à l'aide d'une curette, parfois un mécanisme est utilisé pour arrêter le saignement. La couche fonctionnelle de l'endomètre est complètement retirée, le contenu de la cavité utérine est envoyé pour examen histologique, il déterminera la nature du processus et les tactiques de traitement ultérieur de l'hyperplasie endométriale après curetage.

II étape du traitement

Selon les résultats d'un examen histologique, des médicaments sont prescrits pour prévenir les rechutes. À cette fin, des médicaments hormonaux sont utilisés, pris à une posologie spécifique et selon des régimes appropriés..

Traitement de l'hyperplasie kystique glandulaire

  • Chez les filles et les femmes de moins de 35 ans à la puberté, des médicaments contenant des œstrogènes et des gestagènes, par exemple, des contraceptifs oraux combinés (pour et contre leur utilisation). La préférence est donnée aux médicaments monophasiques contenant de la progestérone, qui ont un effet continu sur l'endomètre, inhibant sa croissance. Le traitement dure de trois mois à six mois. L'hyperplasie de l'endomètre kystique glandulaire ne se reproduit généralement pas avec un traitement approprié.
  • Chez les femmes de 35 ans à la périménopause (le processus d'arrêt des menstruations). En thérapie, des gestagènes sont utilisés, sans l'utilisation de composants contenant des œstrogènes. Les hormones sont prescrites dans la deuxième phase du cycle menstruel, de 14 à 26 jours après le curetage ou dès le début des menstruations. En règle générale, l'hyperplasie de l'endomètre est traitée avec duphaston et de l'utrozhestan. La thérapie dure également 3-6 mois.
  • Chez les femmes ménopausées (après l'arrêt des menstruations). L'hyperplasie à cet âge est un phénomène rare, généralement associé à des formations ovariennes productrices d'hormones. Avec l'hyperplasie endométriale à la ménopause, le traitement ne doit être prescrit qu'après un examen approfondi des ovaires (échographie et, si nécessaire, examen laparoscopique). S'il n'y a pas de tumeurs, nommez du caproate de 17-hydroxyprogestérone à une dose de 125 mg 2 fois par semaine, pendant six mois à huit mois. Après la fin du traitement, il est nécessaire d'effectuer une biopsie de l'endomètre et d'examiner l'échantillon résultant en laboratoire.

Traitement de l'hyperplasie atypique

Femmes en âge de procréer et périménopause. Les thérapies de choix sont les agonistes hormonaux libérant la gonadotrophine pendant six mois. Certains médicaments doivent être pris tous les jours (acétate de buséréline), certains ont un effet prolongé et nécessitent une dose de 1 fois en 28 jours.

Après 6 mois à partir du début du traitement, un curetage répété de l'endomètre avec un examen histologique est généralement nécessaire. De plus, chaque mois de traitement se termine par une échographie, qui contrôle l'épaisseur de l'endomètre (moins de 5 mm).

Avec une combinaison d'hyperplasie atypique avec myome ou syndrome métabolique, un traitement chirurgical avec un contrôle approfondi des ovaires est nécessaire. La surveillance continue nécessite l'état des glandes mammaires.

Plan d'observation du dispensaire pour l'hyperplasie atypique:

  • Échographie de l'endomètre 1 fois par mois
  • curetage avec examen histologique une fois tous les 3 mois
  • Échographie des ovaires tous les 3 mois (avec dopplerométrie)
  • Échographie des glandes mammaires et mammographie tous les 6 mois
  • contrôle des signes du syndrome métabolique (cholestérol et glycémie)

Les femmes ménopausées ont indiqué un traitement chirurgical avec une révision approfondie des ovaires.

Complications et prévention
Prévention de l'hyperplasieComplications
  • éviter l'avortement
  • 2 fois par an pour être examiné par un gynécologue
  • diagnostic et traitement en temps opportun des maladies des organes génitaux féminins
  • réduction des facteurs de risque - contrôle de la pression artérielle pour l'hypertension, la glycémie dans le diabète, la perte de poids pour l'obésité
  • mener une vie saine - yoga, fitness, flexion corporelle, bonne nutrition et relaxation
  • anémie chronique due à des saignements
  • infertilité
  • transition vers le cancer de la forme atypique de l'hyperplasie
  • le plus souvent - rechutes de la maladie

Questions fréquentes au gynécologue

Est-il possible de guérir l'hyperplasie de l'endomètre de manière populaire?

Le traitement avec des moyens alternatifs d'hyperplasie endométriale n'a aucune justification scientifique. Habituellement, l'utilisation de telles méthodes est tout simplement inutile, et parfois elle peut être nocive. Par exemple, si une patiente est allergique à certaines herbes utilisées dans le traitement alternatif de l'hyperplasie endométriale. De plus, certaines plantes contiennent ce que l'on appelle des phytoestrogènes, ce qui peut aggraver la croissance de la couche interne de l'utérus.

Puis-je tomber enceinte avec un diagnostic d'hyperplasie?

La grossesse avec une hyperplasie endométriale diffuse sévère ne se produit généralement pas ou se termine par une fausse couche précoce. Le fait est qu'un ovule fécondé pour le développement de l'embryon doit s'attacher fermement à la paroi interne de l'utérus, formant à l'avenir le placenta. L'endomètre hyperplasique modifié ne crée pas les conditions nécessaires à une telle introduction. Le traitement hormonal et le curetage vous permettent de "mettre à jour" la couche interne de l'utérus, rendant la grossesse possible. Dans certains cas (syndrome des ovaires polykystiques), un traitement supplémentaire est nécessaire pour la grossesse.

Est-il possible de reporter le traitement de l'hyperplasie endométriale?

Le processus hyperplasique est loin d'être toujours accompagné de saignements dangereux, mais comporte souvent une menace cachée. Le risque de malignité, d'infertilité, d'anémie chronique nécessite une visite urgente chez le médecin dès les premiers symptômes. Il est inacceptable pour le traitement à base de plantes de l'hyperplasie de l'endomètre, de nombreuses séances de physiothérapie et d'automédication sans prescription d'un spécialiste. Un traitement compétent et opportun rétablira la santé et le bien-être de la reproduction..

Est-il possible d'avoir un curetage pour une femme nullipare avec hyperplasie? Y aura-t-il des problèmes de grossesse?

Si une hyperplasie est détectée, un curetage doit être effectué, les chances de tomber enceinte après un tel traitement seront beaucoup plus importantes.

Le polype est-il toujours nettoyé?

Si le polype est unique, il se limite souvent à l'élimination de cette formation, sans curetage.

Pour le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre, on m'a prescrit de la buséréline, introduite dans la «ménopause artificielle». Y a-t-il un risque de ne pas sortir de cette ménopause à l'avenir?

Non, l'effet de la buséréline est réversible. Le climax ne peut être estimé que par l'ablation ovarienne et la chimiothérapie.

J'ai 35 ans, il était prévu de réaliser une FIV, mais lors de l'examen, j'ai trouvé un polype endométrial, la suppression de l'éducation était prescrite. Quand puis-je rejoindre un programme de FIV??

Après avoir retiré le polype, vous pouvez immédiatement entrer dans le protocole de stimulation de l'ovulation.

Elle a subi un traitement du polype endométrial sur fond d'hyperplasie. Le médecin a déclaré qu'il était nécessaire de passer des tests de dépistage des infections sexuellement transmissibles. Est-ce nécessaire?

Il existe des preuves que les mycoplasmes et les infections à chlamydia contribuent à la récurrence des polypes endométriaux. Les infections doivent être traitées.

J'ai 50 ans. Lorsque le curetage a révélé une hyperplasie endométriale atypique. Assurez-vous de retirer l'utérus ou vous pouvez avoir une ablation?

Ablation de l'endomètre - enlèvement de toute la couche interne avec la préservation de l'utérus. La méthode n'est pas traumatisante, mais après cela, il est très difficile d'évaluer l'état de l'utérus, vous pouvez ignorer la tumeur. À cet âge et avec un tel diagnostic, l'ablation de l'utérus est recommandée..

Le jour 2 après le "nettoyage", les taches rares se poursuivent. Est-ce que c'est bon?

C'est tout à fait normal, le repos physique et sexuel est recommandé pour vous..

Mon diagnostic est une hyperplasie endométriale, après 2 semaines de curetage prévu. Puis-je avoir des relations sexuelles maintenant??

Oui, c'est possible s'il n'y a pas de douleurs et de taches de contact.

Selon les résultats de l'échographie, le médecin a soupçonné une hyperplasie de l'endomètre et a suggéré une biopsie à la pipe. Quelle est cette procédure?

Le test pipel est effectué en ambulatoire pour étudier la structure de l'endomètre. À l'aide d'un outil spécial, une colonne de tissu est prélevée, qui est examinée pour l'hyperplasie. Si le test a révélé des changements, il vous sera recommandé une hystéroscopie avec curetage. Si les résultats de la biopsie sont négatifs, vous devez répéter l'échographie le 5-7ème jour du cycle suivant.

Curetage de l'hyperplasie endométriale: avis des médecins

En gynécologie, les pathologies utérines qui nécessitent une intervention instrumentale, diagnostique ou thérapeutique, sont très courantes. L'une de ces maladies est l'hyperplasie endométriale, dont le traitement consiste le plus souvent en une procédure de curetage. Il est très important pour les femmes confrontées à ce diagnostic de comprendre l'essence et la séquence de cette procédure, ainsi que d'être conscient des conséquences possibles. Avec l'hyperplasie endométriale, le curetage, selon les critiques, est utilisé très souvent.

Quelle est cette pathologie??

L'hyperplasie endométriale est une tumeur bénigne de l'endomètre (la couche interne de l'utérus), conduisant à son épaississement et à l'augmentation de sa taille. La raison de ce processus est une augmentation du nombre d'éléments stromaux et glandulaires situés dans l'endomètre.

Les endométries se présentent sous plusieurs formes:

  1. Glandulaire (hypertrophie du tissu glandulaire).
  2. Kystique glandulaire.
  3. Adénomatose Il s'agit d'une pathologie précancéreuse. Dans environ 10% des cas, elle se transforme en tumeur maligne..
  4. Polypes fibreux fibreux et glandulaires de l'endomètre. Il s'agit du type d'hyperplasie le plus courant. Ils se transforment rarement en malins, mais peuvent provoquer un cancer de l'endomètre..

Ci-dessous, nous considérons ce qu'ils écrivent sur les examens des procédures de raclage.

L'hyperplasie endométriale est une pathologie courante dans tous les groupes d'âge chez les femmes. Le plus souvent, cependant, cette pathologie survient pendant la puberté ou la ménopause, lorsque des changements hormonaux cardinaux dans le corps se produisent.

Contexte

Les conditions préalables à l'hyperplasie endométriale sont:

  1. Dysfonctionnement de l'équilibre hormonal (déficit en progestérone dû à un excès d'oestrogène).
  2. Diabète sucré, hypertension, obésité, maladies de la glande thyroïde, des glandes surrénales, etc..
  3. Fibromes utérins et adénomyose.
  4. Prédisposition génétique.
  5. Avortement.

Avec l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause, le curetage, selon les critiques, est la seule méthode de traitement.

Panneaux

Le signe principal de tous les types de cette pathologie est un écoulement sanguin irrégulier et non cyclique. Ils apparaissent généralement entre les menstruations ou après un délai. La décharge n'est pas abondante, maculante. Un excès d'oestrogène dans le corps d'une femme peut conduire à l'infertilité, tandis que l'hyperplasie endométriale ne se manifeste pas. Par conséquent, l'absence de grossesse avec une activité sexuelle régulière au cours de l'année est une raison sérieuse de consulter un spécialiste. L'hyperplasie est souvent confondue avec un myome (si ce diagnostic est présent) ou avec une fausse couche aux premiers stades.

L'hyperplasie de l'endomètre est diagnostiquée (curetage et examens seront discutés ci-dessous) après un examen gynécologique, une échographie pelvienne et une hystéroscopie (examen de l'utérus à l'aide d'un appareil spécial). Le grattage obtenu par hystéroscopie est examiné pour déterminer le type d'hyperplasie. Une biopsie par aspiration peut également être effectuée lorsqu'un examen histologique est effectué avec un morceau d'endomètre. La vérification du niveau d'oestrogène et de progestérone est également l'un des types de diagnostic de l'hyperplasie endométriale..

Le traitement de l'hyperplasie endométriale est nécessaire pour tout le monde, indépendamment de l'âge et du degré de dommages. L'hystéroscopie et le curetage sont les méthodes de traitement et de diagnostic les plus efficaces. Ci-dessous, nous parlerons spécifiquement du curetage. Une hyperplasie de l'endomètre selon les examens postménopausiques peut survenir.

Indications et contre-indications

Le curetage (curetage de l'endomètre) est une procédure courante en gynécologie. Il s'agit d'une intervention invasive dans la structure des organes génitaux féminins. Lors de cette manipulation, le médecin enlève la couche fonctionnelle de la muqueuse avec un outil spécial sans affecter les autres tissus. À la prochaine menstruation, l'endomètre est restauré de lui-même.

Mais dans de rares cas, il arrive que l'hyperplasie de l'endomètre sans curetage (des revues soient disponibles) soit guérie.

Le nettoyage de la cavité utérine est effectué dans le but de diagnostiquer ou de traiter diverses maladies gynécologiques. Par conséquent, les procédures sont divisées en médical et diagnostic. Cette dernière option est utilisée en présence des symptômes suivants:

  1. Cycle mensuel irrégulier.
  2. Saignements menstruels abondants et prolongés.
  3. Ménorragie (saignement entre les règles).
  4. Algoménorrhée (douleur pendant la menstruation).
  5. Infertilité.
  6. Soupçon malin.

Assez souvent, il existe des tumeurs bénignes de la muqueuse (focale ou diffuse). Par conséquent, le curetage avec hyperplasie de l'endomètre, selon les critiques, est très fréquent. Il est important pour les femmes qui attendent la confirmation de leur diagnostic..

À des fins thérapeutiques, le curetage est utilisé non seulement pour l'hyperplasie, mais aussi pour d'autres pathologies, à savoir:

Fibromes sous-muqueux (sous-muqueux).

Polypes du corps et du col de l'utérus.

Grossesse congelée ou extra-utérine.

Accouchement avec pathologie.

Les conditions ci-dessus peuvent être guéries par curetage. Entre autres choses, cette procédure est effectuée comme l'une des méthodes pour mettre fin à une grossesse non désirée. Et bien que d'autres méthodes, telles que l'aspiration sous vide ou l'avortement médicamenteux, soient plus utilisées maintenant, mais cette procédure est toujours pertinente.

Il est important de se rappeler que la procédure de curetage de l'endomètre pour l'hyperplasie ménopausique, selon les critiques, a des contre-indications. Par exemple, dans les maladies infectieuses et inflammatoires aiguës du vagin et du col de l'utérus, la procédure doit être abandonnée, car elle peut provoquer des lésions utérines. Une exception est le cas du placenta retardé lors de l'accouchement..

Préparation et déroulement de la procédure

Comme pour toute intervention invasive, l'hyperplasie endométriale doit être soigneusement préparée. La première chose à retenir est que la procédure est effectuée certains jours du cycle menstruel, ce qui contribue à réduire les saignements. La seconde est qu'un examen multidimensionnel d'une femme est nécessaire, y compris:

  1. Analyse générale du sang et de l'urine.
  2. Microscopie vaginale (frottis).
  3. Dosage des sécrétions.
  4. Test sanguin pour la biochimie, ainsi que les hormones.

Un tel examen est nécessaire pour identifier les pathologies accompagnant l'hyperplasie, car elles peuvent interférer avec le curetage ou entraîner des complications postopératoires. Avant la procédure, une femme doit observer les conditions suivantes:

  1. Refuser de prendre tout médicament.
  2. S'abstenir de toute activité sexuelle.
  3. Arrêtez d'utiliser des produits d'hygiène intime, y compris des suppositoires vaginaux et des comprimés. Les conséquences du curetage de l'hyperplasie de l'endomètre et des revues intéressent de nombreuses personnes.

Arrêtez de prendre des médicaments deux semaines avant la procédure, les conditions restantes sont remplies plusieurs jours avant la manipulation. 12 heures avant la chirurgie, vous devez refuser de prendre de la nourriture et du liquide, c'est-à-dire que vous devez vous soumettre à la procédure l'estomac vide.

La chose la plus importante qui inquiète le patient avant l'intervention est, en fait, comment elle est réalisée. Le curetage en milieu hospitalier est réalisé en salle d'opération gynécologique. Cette manipulation étant très douloureuse, le patient doit être injecté sous anesthésie par voie intraveineuse. Si la procédure est effectuée après l'accouchement ou une fausse couche, une anesthésie n'est pas nécessaire, car le col sera très dilaté.

Au stade initial, un canal cervical est ouvert à l'aide d'un dilatateur métallique spécial. Ensuite, il y a un curetage direct de la muqueuse par une curette (cuillère chirurgicale). Parfois, un aspirateur à vide est utilisé à cet effet. Mais avant de l'introduire, il est nécessaire de vérifier l'emplacement et la longueur de la cavité utérine, car la flexion est possible.

Idéalement, l'opération est effectuée sous le contrôle d'un hystéroscope, mais l'option aveugle est également possible. L'hystéroscope affiche une image sur le moniteur, qui montre clairement quelles zones nécessitent un curetage. Une biopsie peut également être prise en même temps pour une enquête plus approfondie. L'hyperplasie endométriale peut nécessiter une procédure en deux étapes - d'abord, la cavité utérine se racle, puis le canal cervical. Le curetage avec hyperplasie de l'endomètre chez les femmes ménopausées et les examens seront examinés ci-dessous.

Les conséquences du curetage

Pendant le curetage, la couche superficielle de l'endomètre est enlevée, et c'est pourquoi un certain temps est nécessaire pour sa régénération. En règle générale, il s'agit d'un processus rapide, comparable en durée aux menstruations régulières. Cependant, cette procédure endommage toujours la muqueuse, par conséquent, des douleurs paroxystiques dans le bas-ventre et des taches sont possibles. Initialement, la décharge est semblable à un caillot, puis sanglante, semblable à du sang, et après une semaine et demie, elle s'arrête et tout redevient normal. Si la douleur est intense et inquiète une femme en période postopératoire, des anti-inflammatoires tels que l'ibuprofène sont possibles. Selon les critiques, d'autres options de traitement après curetage avec hyperplasie de l'endomètre avec ménopause ne sont pas nécessaires.

Complications possibles

Après la chirurgie, un retard pouvant aller jusqu'à 4 semaines ou plus est possible. En cas de retard de plus de trois mois, il est judicieux de consulter un gynécologue. Il vaut également la peine de le faire si la décharge ne se termine pas et que la douleur s'intensifie ou en cas de fièvre. Ces symptômes indiquent des complications, par exemple:

  1. Endométrite (processus inflammatoire).
  2. Saignement utérin.
  3. Hématomètre (accumulation de sang dans l'utérus).

Hyperplasie de l'endomètre, curetage: avis des médecins

Pendant la chirurgie, des dommages à l'utérus, une rupture avec une cuvette, un dilatateur ou une sonde, sont possibles. Cela peut se produire en raison d'une manipulation incompétente ou en raison de l'absence d'hystéroscope. Au fil du temps, ces lésions vont guérir, des adhérences peuvent apparaître à leur place, ce qui risque de ne pas fixer l'embryon sur la paroi utérine et, par conséquent, l'infertilité.

Le traitement de l'hyperplasie endométriale après curetage, selon les examens, devrait être complet.

Après une procédure réussie, il est recommandé à une femme d'être attentive à sa santé, afin de permettre au corps de récupérer complètement.

Règles après la chirurgie

Les gynécologues conseillent de respecter les règles suivantes pendant les deux prochaines semaines après la chirurgie:

  1. Abstinence sexuelle.
  2. Ne prenez pas de bain ou allez au sauna, excluez tout stress thermique sur le corps.
  3. N'utilisez pas de seringues ou de tampons.
  4. Évitez l'exercice.
  5. Ne prenez pas des anticoagulants tels que l'héparine ou l'aspirine.
  6. Contrôle trois mois après la procédure avec don de sang pour les hormones.

Question importante

Pas moins excitante pour une femme qui a survécu au curetage, la question est la possibilité supplémentaire de concevoir un enfant. Malheureusement, personne ne peut y répondre concrètement. Aucun spécialiste ne donnera de garanties pour une future grossesse. Cela dépend des caractéristiques individuelles du corps, du succès de la procédure, de la raison de la manipulation. Si l'hyperplasie endométriale n'a pas affecté les ovaires, il ne devrait pas y avoir d'obstacles à la maternité après la procédure, une grossesse peut survenir déjà après la prochaine ovulation.

Avec l'hyperplasie endométriale, un curetage est-il nécessaire? Les avis confirment qu'il existe une alternative. A propos de cela.

Avec plusieurs rechutes d'hyperplasie, des mesures drastiques peuvent être prises. Si la patiente n'a plus l'intention d'accoucher, nous pouvons parler de l'ablation complète de la muqueuse endométriale. Dans les cas particulièrement difficiles, l'utérus, les ovaires et les appendices peuvent être complètement retirés. La thérapie dans ce cas sera longue et compliquée, car de telles mesures affectent fortement l'équilibre hormonal dans le corps d'une femme.

Pour éviter de futurs problèmes de santé, seuls les médecins expérimentés devraient être chargés du curetage; dans ce cas, une femme est tenue de respecter strictement toutes les recommandations pendant la période pré et postopératoire.

Curetage avec hyperplasie endométriale avec ménopause

Les examens confirment que lorsque l'hormone œstrogène s'accumule dans le corps de la femme avec une diminution simultanée de la progestérone, elle peut conduire à une maladie aussi dangereuse à la ménopause que l'hyperplasie de l'endomètre. Le groupe à risque comprend le beau sexe, qui a eu de longues périodes abondantes avant la ménopause, avec des fibromes, une inflammation de l'endomètre ou des formations dans la poitrine. Le traitement comprend les étapes suivantes:

  • curetage diagnostique;
  • analyse du matériel de l'utérus;
  • le gynécologue sélectionne ensuite les hormones nécessaires pour arrêter l'hyperplasie;
  • curetage des anomalies trouvées dans l'utérus, un laser est utilisé à certains endroits de la croissance cellulaire;
  • les formes d'exposition hormonale et chirurgicale sont combinées;
  • en cas de rechute de la maladie, retirer l'organe, puis recommencer une cure d'hormones.

Alternative

En plus du curetage de la cavité utérine, d'autres types de thérapie sont également utilisés. Le plus important d'entre eux est la correction conservatrice avec l'utilisation de médicaments. Ce sont tout d'abord des préparations hormonales dont l'effet vise à rétablir l'équilibre œstrogène-progestérone dans l'organisme. Les principaux médicaments utilisés dans ce cas sont:

  1. "Microlute" et "Provera" (progestatifs et progestatifs).
  2. "Mercilon", "Jess", "Divina" (œstrogène-progestatif).
  3. Fareston, Novofen (médicaments anti-œstrogènes).
  4. Danol, Nemestran (inhibiteurs de gonadotrophine).
  5. Décapeptil, Buséréline (gonadoréline générique).

Les médicaments énumérés peuvent être prescrits comme type de traitement indépendant ou comme traitement d'entretien et de réadaptation après le curetage. Dans cette dernière option, il est possible d'obtenir le plus grand effet du traitement. En plus de ces médicaments, des immunomodulateurs, des antioxydants et d'autres médicaments visant à maintenir le corps normal peuvent être prescrits. Mais encore, le traitement de l'hyperplasie endométriale avec curetage, selon les critiques, est plus efficace.

C'est une mesure nécessaire dans le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies gynécologiques, y compris les conditions pathologiques de l'endomètre. La procédure est relativement simple, mais elle nécessite une exécution de haute qualité, un spécialiste hautement qualifié qui la conduit, une préparation minutieuse et une attitude attentive à votre corps pendant la période de rééducation. Tout cela contribuera à éviter des problèmes à l'avenir et contribuera à une tendance positive dans le traitement..

Commentaires

L'opinion des patients sur cette procédure est assez ambiguë. Beaucoup notent qu'avec l'hyperplasie endométriale, la rechute se produit quelque temps après le curetage. Dans une telle situation, il est nécessaire de comprendre l'importance de la thérapie après la chirurgie, car le curetage de l'utérus lui-même avec une hyperplasie endométriale, selon les critiques, ne guérit pas, mais supprime uniquement les symptômes.

Traitement de l'hyperplasie endométriale

Le problème réel de la gynécologie moderne reste l'hyperplasie endométriale. Qu'est-ce que c'est, comment le traiter - le sujet de cet article.

Endomètre - muqueuse utérine.
Hyperplasie de l'endomètre (hyper-over; plasis - formation) - prolifération pathologique des glandes utérines et, dans une moindre mesure, du stroma endométrial.

Pendant le cycle menstruel normal, des changements périodiques se produisent sous l'influence des hormones sexuelles féminines dans la couche fonctionnelle de l'endomètre.

Comment les hormones sexuelles affectent l'endomètre?

Les œstrogènes (estrone, estradiol, estriol) provoquent une croissance proliférative des glandes endométriales, mais ont peu d'effet sur le stroma.

Le volume principal d'oestrogène est produit par le follicule ovarien dans la 1ère phase du cycle menstruel.

Progestérone - inhibe la prolifération des cellules glandulaires (prolifération) et reconstruit les glandes utérines d'un état en croissance à un état sécrétoire. Dans le même temps, la progestérone stimule la croissance des cellules stromales..

La progestérone (hormone du corps jaune) est produite principalement dans la 2e phase du cycle menstruel par le corps jaune de l'ovaire et du cortex surrénalien. Il prépare la muqueuse utérine à l'implantation d'un ovule fécondé. Si la fécondation ne se produit pas, le corps jaune dans l'ovaire régresse, la production d'hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone) s'estompe. La nutrition de la couche fonctionnelle de l'endomètre est perturbée, elle est détruite, meurt et est éliminée avec du sang menstruel.

La couche basale de l'endomètre n'est pas sensible au rejet cyclique. Il assure la restauration de la couche fonctionnelle dans le prochain cycle menstruel.

Cycle ovarien-menstruel, modifications de l'endomètre

Normalement, la taille et la structure de l'endomètre dans chaque phase du cycle mensuel ont une image strictement définie.

Des doses «de choc» élevées ou une exposition continue et prolongée à une quantité modérée d'œstrogènes dans l'endomètre dans un contexte de carence en progestérone entraînent une prolifération pathologique des glandes utérines - une hyperplasie endométriale. Dans le processus d'hyperplasie, il y a une augmentation des volumes et une désorganisation des couches fonctionnelles et basales de la muqueuse. L'endomètre perd sa fonction.

Quel est le danger de l'hyperplasie endométriale?

  1. Profanation. L'hyperplasie bénigne de la muqueuse utérine devient le précurseur de 80% des cas de cancer de l'endomètre (adénocarcinome de type 1).
  2. Infertilité. Un déséquilibre hormonal et une violation de la structure morphologique de l'endomètre entraînent un dysfonctionnement de la muqueuse utérine, une fausse couche et des saignements utérins.
  3. Anémie. Des saignements utérins dysfonctionnels épuisent le corps d'une femme, provoquent le développement d'une anémie.

Formes d'hyperplasie endométriale

Hyperplasie de l'endomètre sans atypie

  • L'hyperplasie endométriale typique est simple - prolifération des glandes et du stroma endométrial en proportion égale les uns aux autres (sans prédominance de la composante glandulaire), sans changements atypiques dans les cellules (pas de mutation cellulaire).

Avec une hyperplasie simple, les glandes utérines sont allongées, dilatées. Parfois, des cavités kystiques s'y forment. Dans le même temps, le nombre de glandes correspond à la norme, leur structure n'est pratiquement pas cassée, les contours sont uniformes. Le rapport "glande: stroma" dans l'endomètre est normal.

  • Hyperplasie de l'endomètre complexe (complexe, adénomatose) sans atypie - diffère d'une simple croissance significative des glandes, d'une augmentation de leur nombre, d'une restructuration structurelle des glandes. Le rapport «glande et stroma» augmente vers la composante glandulaire de l'endomètre.

L'hyperplasie complexe se caractérise par une modification de la forme des glandes utérines: les glandes déformées excessivement alambiquées forment des grappes, se confondent selon le principe «fer dans le fer» et déplacent le stroma. L'épithélium glandulaire tapissant les canaux est en couches, faisant saillie dans les glandes des glandes et dans le stroma. Mais il n'y a pas de changements atypiques dans les cellules de l'épithélium glandulaire.

Avec une hyperplasie complexe, la muqueuse utérine se développe beaucoup, donc l'utérus augmente de taille.

Hyperplasie de l'endomètre avec atypie

La principale caractéristique de l'hyperplasie endométriale atypique est la mutation des cellules épithéliales de la glande utérine. Signes d'atypie cellulaire:

  • répartition inégale de la chromatine dans les noyaux cellulaires, formes et tailles inhabituelles des noyaux (polymorphisme nucléaire);
  • taux de reproduction élevé des cellules endométriales; mitoses pathologiques multiples;
  • stratification importante des cellules les unes sur les autres (stratification atypique de l'épithélium), disposition aléatoire des noyaux cellulaires dans le cytoplasme (violation de la polarité de l'épithélium).

L'hyperplasie atypique simple est extrêmement rare. Sans traitement, il se transforme en cancer de l'endomètre dans environ 8% des cas.

L'hyperplasie endométriale atypique complexe (adénomatose avec atypie) est la forme la plus courante.

Signes d'une hyperplasie atypique complexe:

  • Croissance rapide des glandes.
  • Les glandes sont proches dos à dos. Ils forment des grappes, fusionnent en conglomérats.
  • Changement significatif de la forme des glandes: tortuosité, torsion, excroissances en forme de doigt, infiltration de gros processus dans le stroma.
  • Le volume de stroma dans l'endomètre est réduit. Stroma oedémateux, il y a des signes d'inflammation.
  • Les vaisseaux sanguins de l'endomètre sont déformés, inégalement répartis, il y a des signes de stase et de thrombose.

L'hyperplasie atypique se produit souvent dans un contexte de.

Cette pathologie n'est pas un stade de développement d'une hyperplasie endométriale typique, mais un local indépendant, moins souvent diffus, légèrement dépendant de l'action des hormones.

Nous vous recommandons de lire en détail les causes, le diagnostic et le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre atypique dans l'article: Hyperplasie de l'endomètre atypique.

Polypes de l'endomètre

- c'est la croissance limitée des sections individuelles des couches fonctionnelles ou basales de l'endomètre avec le stroma adjacent.

Selon les concepts modernes, la polypose est le résultat d'un processus infectieux et inflammatoire (endométrite chronique), aggravé par un déséquilibre hormonal local.

En savoir plus sur les polypes fibreux de l'endomètre ici.

À propos des polypes glandulaires de l'utérus - ici

Causes de l'hyperplasie endométriale typique

Processus hyperplasiques de l'endomètre - un reflet de la «dégradation» du système hypothalamus-hypophyse-ovaire-utérus.

Le déséquilibre neuroendocrinien conduit à une perturbation de la production d'hormones dans l'ovaire, à la formation de maladies du système hépatobiliaire. Le dernier maillon de la chaîne pathologique est l'hyperestrogénisme absolu ou relatif.

  • Violation du cycle ovarien-menstruel: persistance ou atrésie du follicule, raccourcissement de la phase lutéale du cycle, insuffisance de la fonction du corps jaune (hypoprogestérémie).
  • Tumeur ovarienne hormonale active, hyperplasie ovarienne diffuse ou stromale.
  • Production élevée d'œstrone avec excès de tissu adipeux (obésité).
  • Maladies du foie entraînant une augmentation de la fraction active des hormones stéroïdes dans le sang.
  • Hyperinsulinémie, résistance héréditaire à l'insuline des cellules, hyperlipidémie.
  • Maladies de la glande surrénale, de la glande thyroïde, du diabète, de l'hypertension.
  • Maladies du système hypothalamo-hypophyse: syndrome d'Itsenko-Cushing, syndrome des ovaires polykystiques, etc..
  • Tumeurs extragénitales productrices d'hormones, hyperandrogénie.

L'hyperestrogénisme est la principale mais non la seule cause de la maladie. Facteurs importants de sa formation:

  • Changements dans la sensibilité des récepteurs hormonaux de l'endomètre.
  • Immunité et régulation des processus prolifératifs endométriaux au niveau cellulaire.
  • Dommages mécaniques à la muqueuse utérine.
  • Les infections.
  • Divers troubles métaboliques.
  • Prédisposition génétique.
Retour à la table des matières

Les symptômes de l'hyperplasie endométriale

Le saignement peut être:

Ménorragie - menstruations abondantes et prolongées.

Métrorragie - saignement qui n'est pas associé à un cycle menstruel normal. Se produisent, en règle générale, après un retard dans la menstruation.

Les saignements utérins dysfonctionnels peuvent être:
- abondant (abondant);
- prolongée, avec une perte de sang modérée;
- intermenstruel, taché de sang;

En plus des saignements, le patient peut se plaindre de:

  • Hypertension artérielle.
  • Gain de poids.
  • Sautes d'humeur.
  • Faiblesse générale, fatigue.
  • Hirsutisme

Pathologie d'hyperplasie endométriale concomitante typique:

  • Infertilité.
  • Maladies inflammatoires chroniques de divers organes et systèmes.
  • Maladie hypertonique.
  • Diabète.
  • Obésité.
  • Maladie du foie.
  • Fibromes utérins.
  • Endométriose.
  • Mastopathie.
Retour à la table des matières

Diagnostique

1. Échographie

Échographie transvaginale - La méthode de diagnostic précoce la plus abordable.

L'échographie évalue l'état de l'endomètre par la taille et la structure de l'écho utérin moyen (écho M).

/ pour un cycle menstruel de 28 jours /

Le premier jour du cycle est le premier jour de la menstruation.

Hyperplasie de l'endomètre

informations générales

L'endomètre (muqueuse) de l'utérus contient l'épithélium et une plaque de tissu conjonctif. Si nous considérons l'endomètre en couches, alors démarquez-vous: une couche basale profondément située et une superficielle - fonctionnelle. La couche basale contient des glandes tapissées d'épithélium cylindrique. Les glandes de cette couche produisent du mucus et sont normalement situées perpendiculairement à la surface. En raison de la croissance des cellules du tissu conjonctif et épithélial (stroma) de cette couche, la couche fonctionnelle est régénérée après avoir été rejetée pendant les menstruations, après un saignement, un avortement ou un curetage.

La couche fonctionnelle est très sensible aux hormones sexuelles, sous l'influence desquelles sa fonction change. En général, l'endomètre est un organe cible pour les hormones sexuelles, car il possède des récepteurs spécifiques. Les effets hormonaux (œstrogènes et progestérone) provoquent des changements cycliques et des transformations de la muqueuse. L'endomètre augmente chaque mois, se préparant à implanter un ovule fécondé.

Si la conception ne s'est pas produite, il est rejeté avec saignement menstruel. Les œstrogènes stimulent les cellules muqueuses qui traversent des périodes cycliques (division, croissance et rejet). L'épaisseur de l'endomètre change à chacune de ces périodes et dépend de la phase du cycle menstruel: en phase de prolifération, il a une épaisseur de 1 mm, et en phase de sécrétion (fin de la 3ème semaine du cycle) - 8 mm. L'épaisseur est considérée comme une hyperplasie> 10 mm, chez les femmes ménopausées, elle devrait atteindre 4 mm.

Si des troubles du statut hormonal se produisent, cela conduit au fait que la croissance et la différenciation de toutes les cellules changent et qu'un syndrome hyperplasique se développe.

Processus hyperplasique de l'endomètre - qu'est-ce que c'est?

L'hyperplasie endométriale est une pathologie bénigne de la muqueuse utérine. Elle se caractérise par un épaississement diffus ou focal de la composante glandulaire et du stroma (tissu conjonctif) de la muqueuse. Dans ce cas, les structures glandulaires changent de forme. Cette pathologie de l'endomètre survient chez les femmes de tous âges, mais sa fréquence augmente de manière significative par la période de périménopause.

Le processus hypertrophique progresse cliniquement au fil du temps et change morphologiquement - le développement de conditions précancéreuses est possible. Le diagnostic des processus hyperplasiques de l'endomètre est actuellement effectué à un niveau élevé, et une interprétation correcte des résultats des résultats histologiques permet de commencer un traitement adéquat dès les premiers stades.

La muqueuse utérine hypertrophiée est le résultat d'une exposition prolongée à un excès d'œstrogènes tout en réduisant les effets de la progestérone. Les œstrogènes stimulent la prolifération des cellules glandulaires et du stroma, mais les structures glandulaires sont principalement affectées. Le code ICD-10 pour cette maladie est N85.0.

Les symptômes et le traitement de l'hyperplasie utérine sont différents. Il est important de savoir que cette condition non seulement viole la qualité de vie d'une femme (en raison de saignements), mais constitue également une menace de malignité si des cellules atypiques sont détectées. L'hyperplasie endométriale dans 20 à 25% des cas est à la base du développement de tumeurs malignes. Selon les résultats des études histologiques, un traitement est prescrit. Dans l'hyperplasie non atypique, une correction de la progestérone est effectuée et des antagonistes des hormones libérant la gonadotrophine sont prescrits. L'hyperplasie atypique est le plus souvent soumise à un traitement chirurgical. L'importance du problème est que souvent les jeunes femmes, en raison du développement de conditions précancéreuses, sont obligées de recourir à un traitement chirurgical et perdent leur fonction de reproduction.

Pathogénèse

Les principaux mécanismes du développement de l'hyperplasie peuvent être représentés comme suit:

  • une stimulation œstrogénique excessive sans effets de progestérone qui contrecarre cela ou une réponse anormale des glandes de l'endomètre à des niveaux d'oestrogène normaux;
  • manque d'ovulation;
  • violation de l'appareil récepteur de l'endomètre, ce qui rend les récepteurs insensibles à la progestérone;
  • processus inflammatoires dans l'endomètre, les trompes, les ovaires;
  • violation du processus de prolifération, de régénération et d'apoptose;
  • augmentation de l'activité du facteur de croissance analogue à l'insuline avec résistance à l'insuline et hyperinsulinémie;
  • dommages génétiques (mutation), à la suite desquels l'endomètre modifie sa réponse aux effets hormonaux, les dommages génétiques sont la principale cause de l'hyperplasie avec atypie.

Classification

Selon la classification histologique, il existe:

  • Hyperplasie non atypique (simple et complexe). Pour être traité hormone.
  • Hyperplasie atypique (simple et complexe). Traitement chirurgical ou médicament.
  • Adénocarcinome.

La prévalence du processus:

L'hyperplasie focale de l'endomètre, c'est quoi? L'hyperplasie glandulaire focale apparaît sous forme de changements focaux ou de prolifération de l'endomètre sous forme de polypes. Les foyers d'épithélium altéré se trouvent le plus souvent dans la zone du bas et des coins de l'utérus - c'est avec cette localisation que se développe la forme glandulaire-kystique de l'hyperplasie focale. La transformation de l'endomètre sous la forme d'une simple hyperplasie focale se trouve ailleurs. Les polypes selon l'image histologique peuvent être glandulaires, fibreux et glando-fibreux. Ils dégénèrent rarement en cancer, mais sont un terrain fertile pour le développement de l'oncologie..

Selon cette classification, on distingue dans chaque sous-groupe une hyperplasie simple (avec des changements structurels mineurs dans les glandes) et complexe (ou complexe, avec des changements prononcés dans la structure des glandes).

Qu'est-ce que l'hyperplasie simple??

L'hyperplasie simple est l'option la plus courante. L'hyperplasie simple est considérée à la fois comme un état fonctionnel et comme pathologique. Dans le premier cas, il s'agit d'une réponse naturelle de l'endomètre à l'hyperestrogénisme qui survient chez la femme au cours de la période de vie où se développe une anovulation (il n'y a pas d'ovulation).

Cette condition survient dans 30-35 ans et est associée à l'épuisement de la réserve ovulatoire. En l'absence d'ovulation, la progestérone n'est pas produite. Avec une exposition prolongée aux œstrogènes et l'absence de progestérone, une hyperplasie endométriale bénigne se développe..

Cependant, l'absence constante d'ovulation à cet âge n'est pas la norme. En l'absence d'effets sur la progestérone, des changements morphologiques de l'endomètre se produisent - le nombre de stroma et de glandes augmente, les cellules épithéliales des glandes s'agrandissent, des kystes apparaissent dans les glandes. Les glandes conservent la structure tubulaire, mais acquièrent une forme alambiquée.

Avec une réduction progressive du nombre d'oestrogènes, les cellules épithéliales des glandes arrêtent la division active, et l'arrêt complet de l'exposition aux œstrogènes provoque l'apoptose (la mort) des cellules endométriales et son rejet. À la clinique, cela se manifeste par des saignements utérins sévères, qui se développent après un retard de cycle. L'hypoplasie simple revient souvent, en particulier en cas de dysfonctionnement ovarien et d'inflammation de l'utérus.

L'hyperplasie complexe est caractérisée par des changements structurels dans les tissus: un changement dans la forme, la taille et l'emplacement des glandes, une augmentation de leur nombre et une diminution du stroma de l'endomètre. Des glandes fortement alambiquées et ramifiées se trouvent dans les échantillons de tissus, mais les cellules atypiques sont absentes. L'hyperplasie simple et complexe sans atypie est une affection hormono-dépendante (se développe à la suite d'une stimulation œstrogénique). C'est la différence de l'hyperplasie atypique simple et complexe, dans laquelle il y a une altération des cellules mutationnelles indépendante des effets des hormones.

Un synonyme d'hyperplasie simple est «glandulaire» et «glandulaire-kystique», qui sont considérés comme le même processus, mais avec cette dernière forme, on observe une hypertrophie des glandes et la formation de kystes..

Hyperplasie de l'endomètre glandulaire

Le tableau histologique de cette forme est caractérisé par des processus prolifératifs dans le tissu glandulaire et sa croissance excessive, qui se manifestent par un épaississement de l'endomètre et une augmentation de son volume. Cette pathologie se manifeste par des menstruations abondantes, des saignements anovulatoires et une stérilité..

Comme indiqué ci-dessus, la prolifération prédominante du composant glandulaire se produit par rapport au composant stromal (tissu conjonctif). Un signe histologique important sur la base duquel le diagnostic est établi est le nombre de glandes dans le matériel résultant de la cavité utérine.
Une hyperplasie glandulaire simple sans atypie est une augmentation du nombre de glandes et une légère modification de leur forme en l'absence d'atypie des cellules. L'hyperplasie atypique simple est rare. Son signe est la présence de cellules des glandes atypiques et leurs changements structurels sont absents. L'épithélium dans son ensemble présente une activité mitotique élevée.

Hyperplasie atypique complexe (adénomateuse)

L'hyperplasie atypique complexe (adénomateuse) se caractérise par une prolifération plus prononcée des glandes, une augmentation de leur nombre par rapport au stroma de l'endomètre. Ils sont densément disposés et ont une forme irrégulière. L'hyperplasie atypique complexe est également caractérisée par une prolifération papillaire des glandes sous forme d'oreillers ou de «fer dans la glande». Le deuxième signe important est l'atypie des cellules de la glande. Ainsi, le principal signe histologique de néoplasie (condition précancéreuse de l'endomètre) est une diminution du stroma (moins de 55%) par rapport à la composante glandulaire et la présence d'atypie cellulaire.

Le traitement après 40 ans dépend du type d'hyperplasie glandulaire. En l'absence d'atypie, le traitement hormonal est effectué à des doses minimales (plus sera discuté ci-dessous). Avec l'anémie, des préparations de fer sont prescrites à l'intérieur. Dans l'atypie, l'hystérectomie avec appendices est préférée. Un traitement conservateur est acceptable si une femme veut avoir un bébé ou a de sérieuses contre-indications au traitement chirurgical..

Les doses d'hormones augmentent par rapport aux doses d'hyperplasie atypique et le traitement est effectué en continu pendant 6 à 9 mois. Les avis sur les forums pour le traitement de cette pathologie indiquent que dans la plupart des cas, l'hyperplasie glandulaire atypique répond bien au traitement par la progestérone.

Après 3 mois sur l'échographie de contrôle, l'épaisseur de l'endomètre diminue de moitié par rapport à l'épaisseur initiale. Tout dépend de la durée du traitement (plus il est long, plus l'effet est prononcé) et de la présence d'effets secondaires suite à la prise de gestagènes. Certaines femmes ne peuvent pas le prendre longtemps.

Hyperplasie de l'endomètre kystique glandulaire

Un autre type d'hyperplasie. Sous cette forme, avec la croissance du tissu glandulaire, la formation de kystes, d'extensions et de nodules, qui sont de nature bénigne, est notée. Les principes de traitement et de sélection pour le traitement chirurgical sont similaires. Le traitement après curetage consiste en l'utilisation à long terme de préparations hormonales, avec le contrôle obligatoire des hormones et des échographies répétées. L'adhésion précise au médicament et la patience sont les principales composantes du traitement. Plus de détails sur les médicaments hormonaux seront discutés ci-dessous..

La question est souvent posée: l'hyperplasie endométriale est-elle un cancer? Non, ce n'est pas un cancer, mais l'hyperplasie atypique peut être un facteur pronostique de l'adénocarcinome. Il est considéré comme un état limite. L'hyperplasie complexe sans atypie présente un faible risque de malignité (seulement 2-3%).

En présence d'atypie, son degré compte: léger (degré I), modéré (degré II), sévère (degré III). L'hyperplasie adénomateuse sévère atypique complexe présente le plus grand risque de malignité. Le moment de la transition de diverses espèces vers le cancer est différent - allant de 1 an à 14 ans.

Selon certaines observations, chez 35 à 40% des femmes atteintes d'atypie, le cancer se développe en un an. Ces chiffres ne s'expliquent que par le fait qu'au moment de l'examen histologique, les cellules cancéreuses n'étaient pas entrées dans l'échantillon, mais étaient déjà présentes dans l'épithélium endométrial.

Il existe certains facteurs de risque de cancer, avec une combinaison de plusieurs, le risque augmente:

  • obésité;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • anovulation chronique;
  • dépôt prédominant de graisse dans le haut du corps (en l'absence d'obésité);
  • maladie hypertonique;
  • âge de plus de 35 ans;
  • diabète sucré de type II;
  • absence de grossesse;
  • tumeurs ovariennes produisant des œstrogènes;
  • maladie hépatique chronique;
  • ménopause tardive.

Hyperplasie endométriale ménopausique

Pendant la ménopause, la sécurité de ce processus reste un problème important. C'est à cet âge que les changements néoplasiques sont détectés. La métaplasie mucineuse se développe dans la ménopause des femmes qui ont reçu une thérapie de remplacement ou des gestagènes. La métaplasie papillaire se développe chez les femmes qui saignent. Une métaplasie auriculaire est observée chez les femmes atteintes d'endomètre hyperplasique avec stimulation œstrogénique..

Si, à cet âge, une femme reçoit une hormonothérapie, il faut tenir compte du fait que le traitement aux œstrogènes seuls provoque une stimulation de l'endomètre, ce qui n'est pas très bon, surtout à cet âge. Pour neutraliser cet effet, les femmes devraient recevoir des médicaments combinés œstrogène-progestatif. Cette combinaison de thérapie continue a un effet protecteur contre les lésions cancéreuses de l'endomètre. La polythérapie cyclique, si elle est appliquée jusqu'à cinq ans, n'augmente pas non plus le risque de cancer. Chez les femmes qui ont reçu des cycles d'une combinaison d'estradiol et de dydrogestérone (le médicament Femoston 1 et Femoston 2), il n'y a eu aucun cas d'hyperplasie et de malignité.

Si une femme développe des saignements utérins chez les femmes ménopausées, cela peut indiquer une hyperplasie endométriale. En cas de saignement / hémorragie pendant la ménopause, le curetage de la muqueuse utérine est la seule méthode correcte pour arrêter le saignement. Dans le même temps, le curetage a une valeur diagnostique et thérapeutique. Les examens du curetage à la ménopause indiquent que les femmes sont favorables à cette procédure, car tout repérage des voies génitales pendant cette période peut indiquer un cancer redoutable. La procédure est réalisée sous anesthésie intraveineuse, et après cela, le patient est à l'hôpital pendant une journée. Si nécessaire, des analgésiques sont prescrits.

Ainsi, l'hyperplasie utérine (c'est-à-dire l'hyperplasie endométriale) se développe à différents âges et a différentes causes. Les processus hyperplasiques peuvent être le résultat d'un processus inflammatoire chronique sous contrôle hormonal similaire aux processus de prolifération, de régénération et d'apoptose. L'endométrite chronique est un risque particulier d'hyperplasie. À cet égard, une attention particulière est accordée aux femmes ayant un avortement spontané ou une grossesse manquée, car ces conditions sont associées à l'endométrite chronique..

L'hyperplasie de la muqueuse peut être détectée non seulement dans le corps de l'utérus, mais aussi dans son col de l'utérus. Le col de l'utérus est une barrière entre l'environnement externe et interne du corps féminin. Le col de l'utérus est exposé à l'action agressive de l'environnement vaginal, est souvent exposé aux virus et aux bactéries et est soumis à des contraintes mécaniques lors des rapports sexuels. Le spectre des conditions pathologiques du col utérin est divers: inflammation, érosion, polypes, endométriose cervicale, hyperplasie cervicale (c'est-à-dire la membrane muqueuse qui tapisse le canal cervical de l'intérieur).

La cervicoscopie (examen du canal cervical avec un appareil spécial avec augmentation) est la principale méthode de diagnostic de l'hyperplasie endocervixe (c'est le canal cervical qui relie le vagin et la cavité utérine). L'hyperplasie de l'épithélium glandulaire du col lors de l'examen se manifeste par un épaississement des plis de la muqueuse à 8-12 mm, une augmentation du schéma vasculaire et une abondance de sécrétions de mucus qui s'accumulent dans le canal cervical. L'hyperplasie glandulaire est une croissance active de l'épithélium glandulaire, qui apparaît une deuxième fois avec une inflammation, une érosion et est souvent trouvée lors de la prise de médicaments hormonaux.

Le col est recouvert d'un épithélium cylindrique et le vagin est plat. Dans la zone du pharynx externe du cou, il y a une frontière claire entre l'épithélium pavimenteux et cylindrique. Il est important de prendre correctement le matériel du col de l'utérus pour qu'il y ait un grattage dans le frottis de la jonction de l'épithélium pavimenteux et cylindrique, car 90% des tumeurs cervicales proviennent de cette zone.

L'hyperplasie de l'épithélium cylindrique est également possible, qu'est-ce que c'est? En parlant d'hyperplasie, la prolifération pathologique de l'épithélium cylindrique tapissant le canal cervical est implicite. Dans cette zone, l'hyperplasie sous forme de polypes fibreux glandulaires est plus courante.

L'hyperplasie muqueuse ne doit pas être confondue avec l'hypertrophie - ce sont des processus complètement différents. L'hypertrophie cervicale est une augmentation excessive de la taille de la partie vaginale du col de l'utérus, qui est associée à une croissance excessive du tissu conjonctif. Dans ce cas, il n'y a aucun changement structurel et quantitatif dans les cellules. Les parois du col s'épaississent et le col s'allonge. Cette pathologie se produit pour de nombreuses raisons:

  • caractéristiques anatomiques;
  • inflammation fréquente de l'endocervix;
  • fibromes dans le cou;
  • kystes cervicaux.

Au début, un col hypertrophié ne se manifeste pas cliniquement. Ce n'est qu'après un certain temps qu'il y a une douleur tirante dans le bas de l'abdomen avec une irradiation dans l'aine et le sacrum, une gêne pendant les rapports sexuels, des pertes vaginales, une infertilité.

Causes de l'hyperplasie endométriale

La principale raison de l'augmentation de la prolifération hormono-dépendante est un excès d'oestrogène ou une modification de leur métabolisme. De plus, avec un processus hyperplasique, non seulement la concentration d'oestrogène est importante, mais aussi la durée de leur exposition. Le deuxième point important est le manque d'effets sur la progestérone, qui sont nécessaires au fonctionnement normal de l'endomètre. Même avec un niveau normal d'oestrogène, mais un niveau insuffisant de progestérone, l'hyperprolifération se produit.

L'endomètre est très sensible aux œstrogènes, donc sa prolifération se développe très rapidement, qui, en l'absence de l'influence de la progestérone, passe dans l'hyperplasie glandulaire.

Les facteurs prédisposants sont:

  • Troubles métaboliques (hyperinsulinémie, obésité, résistance à l'insuline, hyperlipidémie, diabète sucré). L'hyperinsulinémie stimule directement et indirectement la prolifération de l'épithélium et inhibe l'apoptose (destruction) des cellules et leur rejet. Dans l'obésité, l'hyperplasie et les polypes de l'endomètre glandulaire sont observés chez une femme sur deux et une atypie des cellules est observée dans presque tous les cas..
  • Dysfonction thyroïdienne.
  • Maladies auto-immunes.
  • Hyperplasie du cortex surrénalien.
  • Dysfonctionnement de l'immunité locale de l'endomètre. La fonction est altérée avec l'utilisation du dispositif intra-utérin, les maladies inflammatoires, l'endométriose génitale, les interventions intra-utérines. L'endométrite chronique est considérée comme un facteur prédisposant au développement du cancer et des maladies hyperplasiques..
  • Pathologie du système hépatobiliaire, qui provoque une violation du métabolisme des hormones sexuelles.
  • Menarche à un âge précoce.
  • Ménopause tardive.
  • Plus de 35 ans.
  • Cycle irrégulier sur fond d'infertilité anovulatoire.
  • Syndrome des ovaires polykystiques.
  • Cas de cancer de l'endomètre familial.

Les symptômes de l'hyperplasie endométriale utérine

Les symptômes de l'hyperplasie comprennent des saignements de gravité variable et des troubles du cycle. L'oligoménorrhée est le trouble du cycle le plus facile qui peut survenir avec cette pathologie. Avec l'oligoménorrhée, le cycle est raccourci à 2-3 jours avec un écoulement modéré d'écoulement sanglant. Les femmes considèrent cela comme une option normale, donc elles ne vont pas chez le médecin pendant longtemps, mais cela entraîne un risque accru d'hyperplasie sévère.

Les ménorragies sont des saignements abondants. Des saignements utérins se produisent également entre les menstruations (saignements acycliques). Des saignements de contact ou des taches prolongées sont également possibles. Les saignements utérins abondants provoquent le développement d'une anémie et d'une faiblesse sévère. Les périodes abondantes sont plus alarmantes pour les femmes, mais elles essaient toujours de les réparer en utilisant des remèdes populaires. Une histoire de femmes en âge de procréer en présence d'hyperplasie montre une infertilité ou une fausse couche.

Cependant, dans 10 à 30% des cas, il n'y a aucun signe, les menstruations sont normales et la femme ne va pas chez le médecin. Dans de tels cas, il y a un diagnostic tardif de cancer précancéreux et de l'endomètre. Ceci est particulièrement important avec la ménopause. Les femmes sans manifestations cliniques sont recommandées un examen échographique 2 fois par an, car l'échographie dans de tels cas est la seule méthode de diagnostic. Les échos suivants de la postménopause sont pris en compte, sur la base desquels le diagnostic d'hyperplasie est posé:

  • épaisseur endométriale inégale;
  • sa structure hétérogène;
  • une augmentation de l'épaisseur de la muqueuse de plus de 5 mm;
  • rapport utérin endométrial> 0,15.

Tests et diagnostics

  • L'échographie est la méthode principale et largement disponible. L'accès transvaginal est très informatif. Signes d'hyperplasie: pendant la période de reproduction, l'épaisseur est supérieure à 16 mm (EMC> 0,33), chez les femmes ménopausées - l'épaisseur est supérieure à 5 mm (EMC> 0,15). Sa structure hétérogène (nombreuses inclusions ponctuelles) est également révélée, l'endomètre occupe presque toute la cavité utérine et présente une échogénicité accrue. Le moment optimal pour l'échographie chez les femmes en âge de procréer est le 5-7e jour du cycle. Ces jours-ci, lors d'un examen transabdominal de routine, l'endomètre n'est pas détecté ou son épaisseur n'est pas supérieure à 0,3 cm. Si le balayage transvaginal est utilisé, l'épaisseur de l'endomètre autorisée les mêmes jours du cycle est de 0,3-0,6 cm. Dans ce cas, l'endomètre doit être uniforme et ont une échogénicité réduite.
  • L'échographie fournit la base du curetage diagnostique avec un examen histologique ultérieur du matériel obtenu, puisque le diagnostic histologique final est. Le curetage est réalisé séparément: le canal cervical, puis la cavité utérine.
  • Hystéroscopie. Cette méthode vous permet d'examiner la cavité utérine, d'identifier les changements pathologiques de la muqueuse, de déterminer leur localisation. Vous pouvez également effectuer un curetage diagnostique sous le contrôle de l'hystéroscopie. Dans ce cas, le contenu informationnel de la méthode atteint 94,5%, car il existe la possibilité d'une collecte ciblée de matériel à partir de sites pathologiques, et il est également possible de retirer avec précision l'endomètre hyperplasique (polype) sans blesser les tissus sains. L'examen est effectué 7 jours avant la menstruation attendue.

Traitement de l'hyperplasie endométriale

Comment traiter cette maladie? Dans le traitement de l'hyperplasie, une stadification est observée:

  • Enlèvement de l'endomètre altéré pathologiquement et examen morphologique du matériau.
  • Prescrire une hormonothérapie (gestagènes, agonistes de la GnRH). La durée d'admission est de 6 mois ou plus. Des études histologiques répétées sont effectuées tous les 3 mois. En l'absence d'effet, les médicaments sont révisés et lors de la transformation en une forme atypique, une consultation d'un gynécologue oncologue est prescrite.
  • Normalisation du statut hormonal: à l'âge de procréer, il est nécessaire de rétablir le cycle et à la ménopause, il est nécessaire d'atteindre la ménostase.

Algorithme d'examen, de traitement et de sélection des patients pour un traitement chirurgical

Le traitement des changements pathologiques de la muqueuse utérine consiste en l'ablation complète de l'endomètre. Le curetage est indiqué pour les saignements utérins abondants - seule cette méthode chirurgicale peut les arrêter. Dans ce cas, il s'agit d'une procédure médicale. Un curetage diagnostique de la cavité utérine avec hyperplasie endométriale est effectué pour confirmer le diagnostic d'hyperplasie endométriale.

Les avis sur le curetage sont différents, car l'abrasion n'élimine pas les causes de l'hyperplasie, et de nombreux patients ont rechuté après et après un traitement hormonal prolongé. Néanmoins, cette méthode est largement utilisée à des fins diagnostiques et thérapeutiques. Vous pouvez en savoir plus sur cette méthode dans une vidéo spécialisée..

Les traitements conservateurs comprennent:

  • Progestatifs et médicaments contenant des progestatifs. Les plus puissants et efficaces sont le norgestimate, le lévonorgestrel (Mikrolut, Mirena), le désogestrel (Lactinet) et le gestoden (Logest). Cependant, la prise de progestatifs seuls s'accompagne également d'effets secondaires pendant une longue période. Pour améliorer la tolérance aux médicaments, il est préférable de les injecter directement dans l'utérus ou d'ajouter de petites doses d'oestrogène.
  • Contraceptifs combinés qui contiennent simultanément des œstrogènes et du gestagène. Ce groupe de médicaments peut être utilisé chez les jeunes patients ayant besoin de protection..
  • Agonistes des hormones de libération gonadotropes qui inhibent la synthèse et la sécrétion de FSH et d'hormone lutéinisante: Zoladex, Buserelin Depot, Buserelin Spray, Decapeptil Depot. Ces médicaments créent un état hypoestrogénique et ont un effet antiprolifératif rapide sur la muqueuse hyperplasique.

Avec un diagnostic d'hyperplasie kystique glandulaire sans atypie, les tactiques de traitement incluent l'hormonothérapie pendant 3 mois. S'il n'y a pas d'effet clinique et morphologique, une intervention chirurgicale est recommandée. Le traitement sans curetage est impossible, vous ne pouvez minimiser ce processus que par curetage sous contrôle de l'hystéroscopie. Ainsi, vous pouvez voir les changements et procéder à un échantillonnage délibéré du matériau. Ensuite, selon les résultats des analyses, effectuer un traitement.

Comment guérir sans curetage ou après un curetage ciblé minimal? Seule l'utilisation de médicaments hormonaux en l'absence de cellules atypiques. La durée du traitement peut être de 6 mois ou plus avec des examens histologiques répétés tous les 3 mois.

Le traitement avec des gestagènes (préparations de progestérone) est effectué selon différents schémas et en utilisant différents médicaments. L'effet antiprolifératif maximal est atteint au sixième mois de traitement, ce qui explique la durée du traitement pendant 6 mois. Il convient de noter qu'avec un traitement dans un délai d'un an, le risque de rechute est réduit de 1,5 fois. Les médicaments les plus couramment utilisés sont:

  • Dufaston. Ne contient que du gestagène, avec une hyperplasie atypique en âge de procréer, il est prescrit de 5 à 25 jours d'un cycle de 20-30 mg / jour. Le traitement doit être effectué pendant 6 à 9 mois avec une échographie de contrôle périodique.
  • Norkolut. C'est un progestatif pur. 10 mg sont prescrits du 5ème jour du cycle menstruel au 25ème. Stage de 6 mois.
  • Organométril. Un progestatif est pris par voie orale à 5 mg du 16e au 25e jour du cycle pendant 4-6 mois.
  • Depo Provera. Un agent progestatif, qui est administré jusqu'à 40 ans à une dose de 200 à 400 mg IM une fois par semaine, et de 41 à 50 ans, 400 mg par semaine.
  • 17OPK (capronate d'hydroxyprogestérone). Les femmes de moins de 40 ans se voient prescrire par voie intramusculaire une solution à 12,5% de 500 mg deux fois par semaine. À l'âge de 41-50 ans - à la même dose, mais trois fois par semaine. 17 DIC - le mode d'emploi du médicament contient des informations selon lesquelles cet analogue de la progestérone est plus lent que métabolisé, il a donc un effet plus long, ce qui permet de l'utiliser 2 fois par semaine dans cette condition.

Que faire si les progestatifs oraux sont mal tolérés? Dans ce cas, la mise en place d'un système intra-utérin avec le lévonorgestrel-Mirena est indiquée (émet 20 mcg / jour de lévonorgestrel). Il s'agit d'une issue pour les patientes ayant besoin d'une protection contre la grossesse..

Le traitement avec des médicaments par voie orale variera selon l'âge..

Le traitement de l'hyperplasie reproductive comprend:

  • Gestagens dans la deuxième phase du cycle.
  • Contraceptifs combinés à usage oral.
  • Système intra-utérin Mirena.
  • Si une femme prévoit une grossesse, l'ovulation est stimulée.
  • Perte de poids, traitement de la résistance à l'insuline.

Traitement de l'hyperplasie sans atypie en périménopause:

  • Gestagens en mode cyclique.
  • Système intra-utérin Mirena.
  • COC en l'absence de contre-indications.
  • Thérapie de substitution pour la carence en œstrogènes.

Traitement de l'hyperplasie sans atypie à la postménopause:

  • Progestatifs en mode continu jusqu'à 9-12 mois: Norkolut 10 mg, Provera 20 mg, 17-hydroxyprogestérone 500 mg 2 fois par semaine par voie intramusculaire, Depo-Provera 400-600 mg une fois par semaine, par voie intramusculaire.
  • En général, l'hormonothérapie pratiquée à tout âge ne guérit pas l'hyperplasie, mais donne uniquement un effet lors de l'utilisation de médicaments. Cependant, un traitement hormonal correctement sélectionné évite la chirurgie et réduit l'incidence du cancer de l'utérus.
  • Les agonistes de la GnRH sont également utilisés dans les schémas thérapeutiques: Zoladex, Buserelin Depot, Decapeptyl Depot. En plus de l'hormonothérapie, le traitement des maladies concomitantes est important: vaginite, endométrite, maladies du tractus gastro-intestinal, hypothyroïdie, résistance à l'insuline. À cet égard, des antimicrobiens, des immunomodulateurs, des médicaments qui restaurent la microflore vaginale sont prescrits.

Traitement de l'hyperplasie atypique. Un traitement conservateur n'est autorisé que chez les femmes qui souhaitent avoir un bébé ou qui ont des contre-indications pour un traitement chirurgical. Après l'accouchement, une femme est toujours recommandée un traitement chirurgical, étant donné le risque élevé de rechute avec atypie. Les médicaments suivants sont possibles:

  • Comprimés Provera 10-12 mg en continu ou en mode cyclique.
  • Depo-Provera par voie intramusculaire 150 mg une fois tous les trois mois.
  • Progestérone vaginale (Utrozhestan, Prozhestan) 100-200 mg en continu ou de façon cyclique pendant 12-14 jours.
  • Megeis 40-200 mg par jour.

Traitement après curetage

Après le curetage, un traitement hormonal est prescrit, qui est un traitement anti-rechute, c'est-à-dire qu'il empêche la formation d'hyperplasie chez les femmes après 40 ans dans la période préménopausique et normalise le cycle menstruel.

Deux modes de thérapie combinée sont utilisés (œstrogène + progestatif):

  • Régime cyclique - dans le contexte d'un apport constant en œstrogènes au cours des 10 à 14 derniers jours, un progestatif est ajouté chaque mois. Nommé aux femmes pendant la périménopause avec un utérus préservé.
  • Combiné continu - les œstrogènes et les progestatifs sont prescrits quotidiennement. Ce mode est prescrit chez les femmes ménopausées..

L'ajout de progestatif protège la muqueuse utérine de la prolifération que les œstrogènes peuvent causer et du cancer de l'endomètre. Chez les femmes qui utilisent le schéma cyclique, des saignements menstruels apparaissent périodiquement dans les 4-5 jours. Avec un régime combiné continu, il n'y a pas de périodes mensuelles.

Le forum sur le thème du traitement après curetage contient des rapports selon lesquels plusieurs curages de Diferelin sont souvent effectués après curetage, puis la spirale Mirena est attribuée. Pour beaucoup, le traitement avec Norkolut et 17-OPK était inefficace: l'épaisseur de l'endomètre était supérieure à 6 mm, la ménorragie persistait. En utilisant le Mirena LNG-IUD, toutes les femmes qui saignaient ont disparu et il n'y a pas eu de récidive de prolifération de l'endomètre.

Traitement avec des remèdes populaires

Étant donné que cette pathologie se développe dans le contexte des changements hormonaux, une correction hormonale sérieuse est nécessaire. Même elle n'est pas toujours efficace, car dans certains cas, des rechutes sont notées. Par conséquent, il ne vaut pas la peine d'espérer qu'il sera possible de récupérer par des remèdes populaires.

Cependant, leur utilisation simultanée dans le contexte d'un traitement médicamenteux est possible. Les avis sur le traitement des remèdes populaires sont divers. Beaucoup notent que l'utérus utérin est efficace dans les processus inflammatoires de la région génitale féminine, mais l'effet de réduire les saignements et la douleur pendant les menstruations se produit après une longue consommation d'herbe (au moins six mois). Certaines femmes notent un manque total d'effet - même la douleur pendant la menstruation n'est pas éliminée.

Est-il possible de tomber enceinte en présence d'hyperplasie endométriale? Il existe plusieurs facteurs qui rendent la grossesse impossible avec cette pathologie. Tout d'abord, l'absence d'ovulation, deuxièmement, l'impossibilité d'implanter un ovule fœtal dans l'utérus en raison de la prolifération de la muqueuse et, troisièmement, des troubles hormonaux. Sans traitement, qui consiste à éliminer l'hyperestrogénémie, une grossesse n'est pas possible. Une femme reçoit un traitement complexe, après quoi l'ovulation reprend, la fonction endométriale se normalise et une grossesse se produit. Elle survient dans l'année suivant la fin de la prise de médicaments combinés œstrogène-progestatif.